La fête du 1er mai, fête de tous les travailleurs

Déclaration de Xavier Jouanin, Maire d’Onnaing, lors de la remise des médailles du travail, vendredi 27 avril.

Le 1er mai est la fête de tous les travailleurs, ceux d'hier, pères de nos droits, soldats victorieux de nos conditions humaines cibles éternelles des adorateurs de la finance de toute puissante.

Le 1er mai est la fête des travailleurs d'aujourd'hui qui, comblent de notre époque et malgré la précarité de plus en plus grande qui est la leur, ont " la chance " d'avoir un travail. Nous ne vivons pas pour travailler, nous travaillons pour vivre !

Cet investissement de tous les jours représente la valeur ajoutée de l'économie de notre pays. Elle n'est pas toujours prise en compte dans les analyses et les statistiques froides censées mesurer l'activité et les performances économiques françaises.

Cette valeur ajoutée, elle est d'abord humaine ! Elle est faite de savoir-faire parfois transmis de génération en génération, que beaucoup de pays nous envient. Elle est faite d'une certaine idée de notre relation au travail et des conditions dans lesquelles nous le réalisons, ou nous aspirons à le réaliser. Elle est nourrie d'une histoire parsemée des luttes, des grèves de nos aînés, afin que nous puissions jouir de certains droits.

Ces droits, que leurs fossoyeurs appellent des privilèges, continuent d'être régulièrement remis en question, aujourd'hui plus que jamais. Et il nous appartient de défendre ces droits pour nos enfants et pour les leurs.

Le monde du travail n'en finit pas de changer, mais il ne change pas à l'avantage des hommes et des femmes. Ce monde du travail est beaucoup plus précaire, il évolue de plus en plus vite et exige de tout un chacun une remise en question de ce que nous sommes et de notre place dans la société de plus en plus aliénante : une polyvalence de plus en plus accrue, des contrats de plus en plus courts empêchant toute perspective à long terme, tout projet d'avenir... Et c'est sans compter toutes les inquiétudes que font naître les avancées en matière d'intelligence artificielle et plus particulièrement ceux qui voudraient la voir remplacer l'humain dans certains secteurs d'activité. Nul doute alors que ce monde du travail va changer. Encore. Mais il nous revient de nous assurer que l'humain reste toujours au cœur des préoccupations. L'humain et son épanouissement.

Un épanouissement qui passe aussi par le travail et ce qu'il peut apporter en terme de réalisation de soi. Dans ce contexte, plus près de nous, ici, à Onnaing, le travail et l'emploi sont plus que jamais une véritable priorité. Il y a 15 jours encore, nous organisions un salon du recrutement. Le 3eme en 18 mois. Après le premier consacré aux entreprises et le second aux agences d'interim, nous avons voulu cibler les métiers des services à la personne. Parce que ce secteur, à la dimension humaine évidente, est porteur de nombreux emplois.

A l'heure de la dématérialisation et de l'intelligence artificielle que j'évoquais toute à l'heure, ces emplois d'aide aux personnes sont essentiels au maintien à domicile d'une population vieillissante, de plus en plus nombreuse et dont l'espérance de vie s'est allongée. Des emplois autrefois occupés " au black " qui aujourd'hui sont valorisés et valorisants. Car ils sont nécessaires, reconnus et font désormais l'objet de véritables formations.

La question de l'emploi, nous nous en saisissons également en accompagnant les oubliés du travail, ceux que le marché a mis de côté. Car Le travail fait partie de nos vies et lorsqu'il manque, qu'il n'existe plus, il devient une souffrance. Ceux-là nous les accompagnons à travers nos actions de réinsertion, à travers -notre Pôle économique, -notre Pôle ressources et compétences, -ou encore les partenariats scellés dernièrement avec Poinfor et l'EPIDE de Cambrai.

Notre société doit vivre le travail comme une source d'enrichissement humain et non de destruction des personnes. Aujourd'hui plus que jamais, c'est ce choix de société pour, et non contre les hommes, qu'il nous est donné de défendre.

Nous devons saisir ces instants de l'histoire afin qu'ils ne deviennent pas de mauvais souvenirs, mais bien les glorieux jours lors desquels nous aurons défendu et garantis les droits de nos enfants.

Le péril est grand pour le droit au travail des générations qui nous suivent. Nous avons le devoir de les sauver.

Amis travailleurs soyons unis pour défendre nos droits ! Bonne fête à tous !


Galerie photos