Noces : « Un demi-siècle et plus de mariage mérite bien un compliment »

Le soleil ne brillait pas qu’à l’extérieur ce fameux dimanche… mais bien aussi dans les cœurs à l’occasion de la cérémonie organisée par le CCAS en l’honneur des 18 couples jubilaires. Les seize qui ont répondu à l’invitation se sont unis en 1967, 1957 et 1952.

50 ans, 60 ans, 65 ans de mariage, ça se fête… Les récipiendaires qui s’étaient mis sur leur 31 pour l’occasion très spéciale, sont venus en famille célébrer la longévité de leur couple.

Dans son discours de bienvenue, Michelle Gréaume-Dolez, maire et présidente du CCAS, a rappelé en substance, visiblement émue, que « Le serment que vous avez fait il y a des dizaines d’années garde, aujourd’hui encore, la même valeur. Vous vous êtes rencontrés et unis au printemps de votre vie et en cet instant présent, à l’automne d’une existence bien remplie, nous nous trouvons ensemble afin de vous honorer, comme le veut la coutume. »
Avec les membres du conseil d’administration du CCAS et des élus municipaux, elle a honoré les récipiendaires qui ont reçu, chacun leur tour, diplôme, composition florale et cadeau.
Pour pimenter et agrémenter la cérémonie qui se déroulait dans une salle des fêtes bien décorée, la première magistrate s’est prêtée au jeu des questions. « Quel était votre témoin ? »,  « Qui vous a marié ? », « Quelle était la profession de votre beau-père » et bien d’autres questions auxquelles les couples n’ont pas forcément répondu avec exactitude mais on pouvait très bien comprendre que ce fameux jour, leur tête était ailleurs !
Michelle Gréaume-Dolez, un tantinet satisfaite et amusée, a cédé à un mouvement du cœur en demandant aux couples honorés de renouveler le baiser qu’ils avaient échangé lors de leur union. « Ce baiser, dit-on, porte bonheur à celui qui le donne comme à celui qui le reçoit… Ce baiser-là vaut 50, 60 voire 65 années de tendresse et je pense que comme porte-bonheur, il sera vraiment sans pareil, pour vous comme pour nous tous.

Ce sera là mon souhait : une nouvelle lune de miel, un nouveau départ, et … n’oubliez pas que nous vous donnons rendez-vous dans 10 ans ! », a t-elle conclu avant de partager le verre de l’amitié et d’immortaliser le moment par une photo prise dans un espace prévu à cet effet.

« L’amour et la complicité sont demeurés intacts comme au premier jour de notre rencontre au Stade Nungesser », se confient Michele Camporelli et Josiane, né Pytlinski.
Quels secrets Cupidon leur a-t-il donné pour vivre aussi heureux depuis tant de temps ? Tous les deux vous répondront qu'il n'y a pas de recette miracle. Les époux s'accordent tout de même à dire « qu'il n'y a pas de mode d'emploi, tout est tellement naturel ». Un beau message pour les jeunes…

Tous les couples présents, à l’instar des époux Camporelli, vont continuer à couler des jours heureux… jusqu’à la célébration de leurs noces de diamant (60 ans), de palissandre (65 ans) et peut-être de platine (70 ans) ! C’est tout ce qu’on espère…

En les quittant, Michelle Gréaume-Dolez a d’ailleurs tenu à leur souhaiter de continuer encore longtemps main dans la main sur le chemin de la complicité, du partage et la bonne santé.
Le bonheur, en somme !


Galerie photos