Ce mardi 10 mai, nous commémorons la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition.

Le 10 mai marque la journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et leur abolition. Du XVe au XIXe siècles, plus de 11 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été capturés en Afrique, transportés à travers l’Atlantique et réduits en esclavage pour travailler dans des conditions très dures au sein d'exploitations coloniales en Amérique. 

Chaque année, depuis 2006, des cérémonies sont organisées à cette date, en lien avec la Fondation pour la mémoire de l'esclavage. L’occasion d’une journée de réflexion civique sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l’humanité, notamment au sein de l’Éducation nationale.    

Une réflexion d'autant plus nécessaire que l'esclavage n'a malheureusement pas disparu avec la fin de la traite négrière. Il toucherait encore 40 millions de personnes à travers le monde, se manifestant sous des formes multiples (travail forcé, servitude pour dette, mariage forcé...) et menaçant en priorité les personnes les plus vulnérables, à commencer par les enfants.